Vous êtes ici : Accueil > Actualité

Nouvelles acquisitions de la bibliothèque - Juin 2019

Livres entrés en juin 2019

Roland Nadaus : Les anonymes de l’Évangile

Libres propos autour de La Parole. Il s’agit d’un roman qui donne la parole à d’autres témoins et où la rencontre de l’Amour est racontée avec force, justesse et vérité.

Éditions du Signe 191 pages





Académie d’éducation et d’études sociales : La place de Dieu dans la cité

La place de Dieu dans la cité, si ce n’est dans la société, est un sujet largement débattu dans diverses enceintes et sur la place publique, d’où des laïcistes impénitents voudraient l’exclure. Afin de la définir correctement, l’AES s’efforcera d’en rechercher les fondements philosophiques, anthropologiques, politiques, juridiques, historiques. Depuis les origines de l’humanité, l’homme, être spirituel, a su distinguer le sacré du profane ; il a su prendre en compte le fait religieux. Et les sociétés se sont organisées en conséquence. Différents domaines d’illustration seront examinés : l’école et l’université, l’hôpital, les armées, où les choses ont plus ou moins évolué depuis la fameuse loi de séparation des églises et de l’État de 1905. La question de l’Islam enfin ne peut être éludée. La neutralité chère à la laïcité républicaine ne risque-t-elle pas d’être vaine lorsque la distinction entre les domaines politique et religieux est niée ?Dieu doit-il alors acquérir une place nouvelle dans la cité ? Les chrétiens savent bien qu’il s’agit de la distinction du spirituel et du temporel, de Dieu et de César. L’expérience et les suggestions de responsables de l’Église aideront enfin l’Académie à tirer le meilleur bénéfice de cette réflexion.

Artège Lethielleux 253 pages

Geneviève Haroche-Bouzinac : La vie mouvementée d’Henriette Campan

Henriette Campan aura eu tant de vies... Et pourtant, une femme unique guide les lignes de cette passionnante biographie. Son parcours est d’une grande modernité : par nécessité économique, la jeune femme devient lectrice à la cour de France, avant d’entrer au service particulier de la reine Marie- Antoinette. Son père, chef du bureau de traduction aux Affaires étrangères, lui a donné le goût des idées nouvelles, convaincu de la nécessité de réformer un régime exsangue. Henriette Campan parle plusieurs langues, vénère les livres et les auteurs. Un bel esprit qui, au fil des épreuves, lui permet de résister à la fatalité des destins propres aux femmes de son temps. À Versailles, sa vie bascule. Cette observatrice discrète est aux premières loges pour consigner dans ses carnets la matière de ses futurs Mémoires. Contre toute attente, la liberté lui vient avec la Révolution. À quarante ans, sans argent, éprouvée par les violences dont elle a été témoin, Henriette Campan ouvre un pensionnat, véritable laboratoire où elle crée sa méthode d’éducation, en offrant aux filles de larges pans de la connaissance jusque-là réservés aux garçons. Mais, si l’Empereur la nomme à la tête de la Maison de la Légion d’Honneur, il s’oppose à sa volonté de former une élite féminine, pendant de l’élite masculine qu’il est en train de fonder. Fruit d’une longue enquête à travers des archives inédites en France et aux États-Unis, cette biographie éclaire d’un jour nouveau le parcours d’Henriette Campan ; elle apparaît ici maîtresse de sa vie, entreprenante, inventive, à l’image de sa devise : « Les talents sont la vraie richesse. »

Flammarion - 601 pages

Bernard Faure : Les mille et une vies du Bouddha

Depuis le milieu du XIXe siècle, les savants essaient de dégager une " biographie " authentique du Bouddha des " brumes dorées " de sa légende, et l’immense majorité des écrits sur le bouddhisme accepte le caractère historique de son personnage fondateur. C’est cette vérité reçue que le présent ouvrage questionne. On ne sait presque rien en effet de la vie du Bouddha, qui peut se résumer à quelques faits. En outre, sa biographie pose l’existence d’un bouddhisme indien originaire et " pur " – celui du Bouddha et de ses disciples –, qui accorde aux premiers récits de sa vie une objectivité non questionnée et dévalue les bouddhismes et récits ultérieurs, non indiens. Remettant en cause cette préférence, l’originalité de ce livre passionnant est d’explorer les histoires du Bouddha qui ont été forgées et transmises au cours des siècles, en Inde mais aussi jusqu’en Chine et au Japon. Il s’attache ainsi à montrer comment elles ont nourri la pratique et la transmission du bouddhisme, infléchissant celui-ci en une sorte d’" imitation du Bouddha ". Les Mille et Une Vies du Bouddha font également ressortir ce personnage dans tout son éclat, et contribuent à expliquer l’immense prestige dont il a bénéficié. Historien des religions, spécialiste du bouddhisme japonais (zen), Bernard Faure enseigne à l’Université Columbia (New York). Il travaille sur les aspects historiques et anthropologiques du bouddhisme, comme en témoignent ses ouvrages, notamment : Bouddhismes, philosophies et religions (Flammarion, 2000) ; Sexualités bouddhiques (Flammarion, 2005) ; Bouddhisme et violence (Le Cavalier bleu, 2008) ; Idées reçues sur le bouddhisme. Mythes et réalités (Le Cavalier bleu, 2016).

Éditions du Seuil - 423 pages

Pape François Rencontres avec Dominique Wolton : Politique et société

Pendant un an, le pape François a accordé douze entretiens à l’intellectuel français Dominique Wolton. Fruit de ces rencontres humaines et chaleureuses, ce dialogue exceptionnel et inédit aborde en toute liberté les grands sujets de notre temps et de l’existence humaine : la paix et la guerre, la politique et les religions, la mondialisation et la diversité culturelle, les fondamentalismes et la laïcité, l’Europe et les migrants, l’écologie, les inégalités dans le monde, l’œcuménisme et le dialogue interreligieux, l’individu, la famille, l’altérité, le temps, la confiance et la joie. Sans conformisme ni langue de bois, ce livre illustre la vision du pape pour l’Eglise et la société : abattre les murs et construire des ponts.

Éditions de l’Observatoire -417 pages

Daniel-Odon Hurel : Saint Benoît

« Messager de paix, artisan d’union, maître de civilisation, et, avant tout, héraut de la religion du Christ et fondateur de la vie monastique en Occident, tels sont les titres qui justifient la glorification de saint Benoît, abbé » : ainsi le pape Paul VI débute-t-il son bref par lequel, en octobre 1964, il proclame ce dernier « patron principal de toute l’Europe ».De Benoît de Nursie, pourtant, né vers 480 en Italie centrale, souvent représentée vêtu d’une coule noire, tenant dans une main une crosse abbatiale et dans l’autre un livre, celui de la Règle dite « de saint Benoît », nous ne savons que peu de choses. Si depuis le VIe siècle des centaines de milliers d’hommes et de femmes, moines et moniales, ont vécu et vivent encore en suivant les principes émis dans ce texte qu’il a rédigé pour guider ses disciples dans la vie monastique communautaire, s’il a réformé le monachisme occidental et fondé plusieurs monastères bénédictins dont celui du Mont-Cassin, ce personnage clé du christianisme occidental demeure une figure mal connue. Odon Hurel, puisant aux meilleures sources et démêlant mythes et réalités, retrace l’histoire de cet homme couramment qualifié de « patriarche des moines d’Occident » et s’attache avec brio à cerner l’originalité de sa Règle et du modèle bénédictin. Daniel-Odon Hurel : Directeur de recherche au CNRS, directeur adjoint du laboratoire d’études sur les monothéismes CNRS PSL, spécialiste du monachisme bénédictin, auteur de Cluny l’abbaye à l’ordre clunisien, de Prières des bénédictions et de Solesmes, prieuré médiéval, abbaye contemporaine avec dom Thierry Barbeau.

Librairie académique Perrin - 277 pages

Guillaume Payen : Martin Heidegger , catholicisme, révolution, nazisme

" Le national-socialisme est un principe barbare ", écrit Martin Heidegger dans ses Cahiers noirs, ajoutant : " C’est ce qui lui est essentiel et sa possible grandeur. " Révolutionnaire radical, ayant vu et approuvé le caractère destructeur du nazisme, le recteur de Fribourg a réservé d’autres surprises dans ses journaux philosophiques, dans lesquels il évoque par exemple l’" auto-anéantissement du "juif ? ". Alors que le philosophe est devenu un objet d’incompréhension et d’horreur, nombre de spécialistes en appellent désormais à l’histoire. C’est cette réhistoricisation que l’auteur a entreprise dans ce livre. Refusant la polémique, l’adoration et la détestation, il s’emploie à comprendre l’homme et le penseur, de l’intérieur et en son temps, par le biais de toutes les sources disponibles : cours, lettres, textes de circonstance, de même que les Cahiers noirs qui suscitent tant d’émoi. Excédant largement le IIIe Reich, le cheminement de Heidegger fut heurté : il commença par un catholicisme intransigeant, qui laissa la place, après la Première Guerre mondiale, à une volonté farouche de révolution philosophique, terreau dans lequel son nazisme vint jeter de profondes racines qui survécurent à l’effondrement du régime d’Adolf Hitler. De cette biographie se dégage un portrait fait d’ombres et de lumières : grand philosophe, maître, ami ou amant de juifs ou d’étrangers, Heidegger fut aussi un nationaliste antisémite, inquiet de l’" enjuivement " de son peuple et soucieux de son rôle historique prééminent.

Perrin -678 pages

Le Chat Murr N° 40 consacré au lien entre littérature et hagiographie