Vous êtes ici : Accueil > Actualité

Nouvelles acquisitions de la bibliothèque

Livres entrés en juin/juillet 2017

René Taveneaux : La vie quotidienne des jansénistes au XVII° et XVIII° siècles

Henry Rousso : La dernière catastrophe : l’histoire, le présent, le contemporain

Cet essai propose une réflexion sur une certaine manière de penser l’histoire du temps présent, et sur la place obsessionnelle qu’occupe un certain passé, celui des catastrophes, dans les sociétés occidentales.

François Héran : Le temps des immigrés : essai sur le destin de la population française

Le directeur de l’INED décrit la situation générale de l’immigration en France et révèle les erreurs qui, selon lui, ont émaillé les récents débats parlementaires sur le sujet. Il examine les politiques de quotas migratoires mises en place ces dernières décennies dans divers pays (Canada, Espagne, etc.) et s’interroge sur le visage que présentera la France dans trente ou quarante ans.

Shafique Keshavjee : Le roi, le sage et le bouffon : le grand tournoi des religions

Suite à d’étranges rêves, un roi d’un pays lointain, conseillé par son sage et son bouffon, décide de convoquer les premiers Jeux olympiques de la Vérité. Les concurrents sont des athlètes de haut niveau, mais leurs disciplines sont les grandes religions du monde... et l’athéisme. Une fable pour faire connaître les religions aux jeunes et aux moins jeunes.

Marie-Odile Métral : Le mariage - Les hésitations de l’Occident

José Saramago : La caverne

Pierre Pellissier : Solférino 24 juin 1859

Le récit de la bataille sanglante de Solférino qui opposa les troupes de Napoléon III à celles de l’empereur d’Autriche François-Joseph. L’auteur décrit ce moment d’histoire du point de vue des états-majors comme de celui du simple soldat et montre l’horreur d’une guerre moderne en devenir. De la violence de cette journée et suite à la réaction de la société civile naîtra la Croix-Rouge.

Bernard Fillaire : Jusqu’au Bout De La Résistance

Cinquante ans après la libération des camps, la mémoire du monde concentrationnaire s’est fondue dans une sorte de halo. Qui connaît l’incroyable diversité de la déportation, les sept cent cinquante kommandos attachés aux camps d’élimination, l’organisation interne, le mélange de dix-sept nationalités, l’abîme qui pouvait exister entre les sans-grade et les privilégiés ?

Il manquait le livre des Déportés-Résistants. Car si la déportation n’a été un choix pour personne, avant la déportation il y a eu, pour quarante mille Français, le choix de la Résistance.

Ces hommes et ces femmes qui ont dit non jusqu’au bout prennent aujourd’hui la parole, avec leur cortège de blessures et de souvenirs. Ils apportent leur pierre à l’édifice commun de la mémoire nationale. Et nous transmettent, avec sagesse et simplicité, une inestimable leçon de vie. Bernard Quilliet : La France du beau XVI° siècle Une étude sur la France au début du XVIe siècle, période plutôt négligée par les historiens en raison de son calme relatif : paix intérieure, prospérité, faible mortalité... mais riche sur le plan culturel, artistique, religieux et même scientifique. Gérard Noiriel : Atlas de l’immigration en France : exclusion, intégration...

Aborde la question de l’étranger et de l’immigration, ses causes, ses particularités et les phénomènes contemporains qui y sont liés, en trois parties : l’histoire du phénomène migratoire en France, les formes d’exclusion subies par les populations immigrées depuis deux siècles et l’immigration vue comme une chance pour la France, par les richesses et les échanges culturels qu’elle apporte. CIPRA : Nous les Alpes ! Des femmes et des hommes façonnent l’avenir Christophe Nick : Résurrrection - Niassance de la V° république , un coup d’État démocratique Comment prendre le pouvoir, dans une démocratie, quand on n’a aucune chance de gagner les élections, sans pour autant vouloir instaurer une dictature ? Problème a priori insoluble. Pourtant, dans les années 50, le général de Gaulle trouve la solution. A l’époque, gaullistes et extrême droite ne forment qu’une seule famille : les nationaux. Leur but est le renversement de la IVè République. Pour y parvenir, ils choisissent d’aggraver et de pourrir les crises qu’affronte le pays. La plus explosive, la guerre d’Algérie, sera la bonne : les gaullistes poussent l’armée à basculer, ce qu’elle fera le 13 mai après que les activistes ont pris d’assaut le Gouvernement général d’Alger. En collaboration avec l’état-major gaulliste, les militaires organisent la sécession de la Corse, puis montent un projet de débarquement sur Paris. C’est l’opération Résurrection. Devant la menace de guerre civile, l’Assemblée nationale cède. Elle donne les pleins pouvoirs à de Gaulle, puis vote sa propre dissolution pour que s’élabore la constitution de la Vè République. Cet événement majeur de l’Histoire de France est quasiment absent des livres d’Histoire. On ne le commémore jamais. C’est l’autre grand tabou de la France contemporaine, après celui de Vichy. Quarante ans après, l’évidence s’impose malgré tout : la naissance de l’actuelle République n’a été possible que grâce à un coup d’Etat d’un type nouveau, perpétré avec le concours de l’extrême droite et des forces de sécurité du pays. En racontant la genèse et le déroulement de ce coup d’Etat, Christophe Nick met en évidence une technique simple et efficace de prise de pouvoir dans une démocratie moderne. Technique qui, aujourd’hui, compte des émules aux quatre coins du globe. Cette enquête s’accompagne d’un petit "manuel du coup d’Etat démocratique" en ouze leçons, intercalées entre chaque chapitre, qui pourrait passer pour un jeu amusant s’il ne démontrait pas l’extrême fragilité des démocraties.

Yves Chiron : Fatima - Vérités et légendes

Une étude sur le déroulement des apparitions miraculeuses de la Vierge Marie, à Fatima en 1917, et une enquête sur la révélation des messages reçus par les jeunes Francisco, Jacinta et Lucia. Didier Le Fur : Louis XII : Un autre César (1498-1515) Réhabilitation du monarque qui sut élargir l’horizon capétien et qui eut pour contemporains Anne de Bretagne, Marie Tudor, Henri VIII, Isabelle la Catholique et les Borgia.

Christian Bouyer : Gaston d’Orléans (1608-1660) Séducteur, frondeur et mécène

Prince des arts, protecteur des poètes et des artistes, collectionneur passionné, Gaston d’Orléans - fils de Henri IV et de Marie de Médicis, frère cadet de Louis XIII - fut sans conteste l’un des esprits les plus cultivés de son temps. Il fut aussi, pendant toute sa vie, un charmeur de grand talent et un comploteur impénitent, rebelle à son roi. Monsieur, comme on l’appelait, fomentait des cabales avec ses complices Chalais, Cinq-Mars, de Thou, et échouait régulièrement, avant d’obtenir le pardon royal.

C’est le portrait de cet homme, à la fois Bourbon et Médicis, imprégné de Renaissance et précurseur des Lumières en ce XVIIe siècle classique et baroque, que trace Christian Bouyer. Un homme dont l’appétit de vivre et les penchants libertins blessent certes la morale mais ne font qu’ajouter à sa séduction.

Elyane Gorsira : Jérusalem et Byzance - Les reines de Jérusalem et les princesses de Terre-Sainte

Henriette Walter : Honni soit qui mal y pense

L’incroyable histoire d’amour entre le français et l’anglais.

Cliquer sur les photos pour les agrandir...

 

PortFolio