Vous êtes ici : Accueil > L’Association Flodoard

Qui est Flodoard ?

Qui est Flodoard ?

Flodoard de Reims est né peut-être à Épernay en 893 ou 894, est mort le 28 mars 966 à Reims.

C’est un historien, chroniqueur et poète français d’expression latine de l’époque carolingienne. Il étudie dans les grandes écoles de Reims, notamment à l’école cathédrale restaurée par l’archevêque Foulques (+900).

Membre du service religieux dans la cathédrale de Reims, il en devint chanoine en 919. Il exerce tôt, peut-être dès le début des années 920 (sous les épiscopats d’Hervé et de Séulf), des charges importantes dans son église ( fonctions de bibliothécaire et de gardien du trésor de la cathédrale, responsable de la conservation des archives et des livres, du mobilier liturgique et des reliques.

En tant que chanoine, son activité principale est la liturgie, la célébration quotidienne des heures, la célébration de la messe sans doute moins souvent. Son année est scandée par le calendrier liturgique. Tout au long de l’année, il fait mémoire de la vie, de la mort, de la résurrection du Christ et il médite sur son retour à la fin des temps. Tout au long de l’année, il fait mémoire des saints, de ceux de Reims et de ceux de l’Eglise universelle.

En tant que témoin engagé dans l’histoire de l’Église de Reims et du royaume de l’Ouest dans les années 922-948, ll va faire œuvre d’historien. De 919 à 966, il note dans les Annales tous les événements dont il a été témoin.

Il compose entre 925 et 937 une épopée de 29 000 vers parfaitement réguliers intitulée Les Triomphes du Christ (De triumphis Christi), montrant comment le Christ a triomphé par ses saints en Palestine, à Antioche, à Rome et dans l’Occident.

Il rédige entre 948 et 952 son Histoire de l’Église de Reims (Historia ecclesiæ Remensis), écrite en latin. Il y rapporte que vers 400, l’évêque saint Nicaise aurait transféré le siège épiscopal au centre de la ville de Reims.

Sous le pontificat d’Artaud de Reims, il est chargé de missions en Germanie et à Rome, et obtient la faveur du pape Léon VII (936-939). Il est par la suite en conflit avec l’archevêque Hugues qui avait dépossédé Artaud de son siège de Reims.

Il meurt à Reims le 28 mars 966.